* * * * * * *

mercredi 10 septembre 2008

YoOuesangha témoignage 2

Pour ceux qui ne l'auraient pas compris dans mon premier post, ce stage de yoga avec Patricia à Ouessant m'a ouvert les yeux.
J'ai reçu de cette expérience unique ce que j'ai bien voulu me donner à moi-même et recevoir des autres.
La seule posture face à tout enseignement. Sur le chemin de l'école, mon père me disait dès le primaire "tu recevras de ta maîtresse l'attention et le travail que tu lui offriras."
A Ouessant j'ai ouvert les yeux.
Pour une photographe c'est très important, vous en conviendrez.
Un illustre confrère ( Guy Le Querrec- agence Magnum) aimait à répéter à ses élèves:"Il faut passer vos yeux au papier de verre"
Au cours d'une baignade dans les eaux glacées de Ouessant, Jean me rappelle " mais tu sais bien que l'on ne reçoit d'un enseignement que ce que l'on veut bien y apporter soi-même..;"
A Ouessant j'ai ouvert les yeux pour preuve mes images ont changées.
Elles renouent avec un style que j'avais autrefois mais avec plus de "pétulance", de gaieté.
Cet auto-portrait a été réalisé -sans montages- à la suite d'une soirée avec une amie très chère à mon retour de Ouessant.
J'en conviens en petit format ( sur vos écrans) cette image est peu lisible.Et je suis encore très loin de l'épuration dont mon esprit a besoin.


A ce moment- là j'ignorais encore que des événements familiaux douloureux parce que difficiles à admettre allaient me confirmer que j'ai désormais la liberté de plonger au coeur de mes ressources profondes pour apprécier et mettre à distance la douleur primale engendrée par certains rapports humains.
Cela va faire 7 ans que je souffre comme une bête simplement parce que je n'ai jamais voulu admettre que je souffrais.
En termes psychanalytiques de regarder dans les yeux les bébêtes que j'ai dans la tête va me permettre enfin, à l'âge de 50 ans de me construire sur du réel.
Comme si mes comportements prenaient un nouveau sens, une véritable orientation vers un but enfin légitime, le mien.
Ni tambours, ni trompettes, c'est comme si je l'avais toujours su et/ou attendu, cherché.
La route est longue , pavées de renoncements douloureux mais salutaires, en bonne compagnie, la vôtre yogi-gang, entre autres, et celle de Patricia en particulier.
L'enseignement de Patricia n'est pas une panacée sauf peut-être pour qui refusant la nature changeante de toutes choses s'accroche à l'illusion du pouvoir de l'immuable.
Pour ma part, chacun des cours de notre professeur de Hatha-Yoga est un renouvellement, un souffle.
Nombre d'entre nous s'engagent plus avant au fur à mesure de notre pratique,
J'aimerais lire d'autres témoignages sur ce blog, dont c'est je crois une des vocations premières.
Parce que nos expériences sont individuelles, elles doivent s'enrichir les unes des autres.

Aucun commentaire: